La prise de conscience

C’est une expression en vogue mais peu de gens se penchent sur ce qui se cache réellement derrière.

La prise de conscience c’est l’expansion de la conscience, c’est une modification de la perception de la réalité, le premier pas vers le changement.

C’est la capacité à prendre de la hauteur, du recul par rapport à un évènement, une situation, une (ré)action pour pouvoir l’analyser et comprendre ce qui s’est joué en arrière-plan quand on a retiré toutes les excuses externes (càd tout ce qui entre dans le « ce n’est pas de ma faute »).

Il ne s’agit pas là de se juger, de se blâmer, mais d’une observation bienveillante de nos mécanismes inconscients et répétitifs, dans un premier temps.

C’est se retourner vers soi, oser se regarder en face tels que nous sommes derrière nos masques, nos peurs, nos croyances, nos schémas répétitifs…

C’est comprendre quelque-chose de nouveau sur nous-même, sur les autres. C’est accepter que chacun agit en fonction de ses propres blessures et des épreuves qu’il a traversé et surtout, surtout, que le seul vrai pouvoir que nous ayons c’est de nous changer nous-même, pas les autres.

En d’autres termes, elle permet de sortir de l’ombre un fonctionnement automatisé. Elle met en lumière une blessure ou une émotion bloquée en nous, une partie de nous en souffrance qui ne demandait qu’à être vue, ressentie et comprise. Lorsque nous choisissons de regarder cette blessure pour ce qu’elle est, et non pour l’histoire que nous (notre mental) nous racontons, c’est là la prise de conscience et le début du processus de guérison.

Elle est à l’origine de l’acceptation profonde ce que nous avons vécu jusqu’alors, de nos émotions, de nous-même. Elle nous permet de cesser de rejeter cette partie de nous qui ne demandait qu’à être mise en lumière. Elle nous amène au pardon de nos (ré)actions qui précède notre construction en conscience.

Prenons un exemple pour illustrer ce propos. Vous avez vécu plusieurs échecs amoureux dus à une trahison et du coup l’histoire intérieure qui tourne en boucle dans votre mental c’est que vous ne tombez que sur des personnes infidèles, que vos relations se terminent mal et que vous n’avez jamais de chance en amour. De ce fait, inconsciemment vous attirez ce genre de personne et l’histoire se répète encore et encore. En arrivant à prendre du recul, à vous rendre compte de l’histoire qui tourne en boucle dans votre mental et à observer ce qui se passe en vous lorsque vous êtes attiré(e) par une nouvelle personne, vous ouvrez la porte qui va permettre à la lumière d’éclairer ce qu’il y a à guérir pour sortir de ce schéma répétitif.

Je dirai en conclusion que la première prise de conscience à avoir c’est que chacun de nous est le geôlier de sa prison et possède donc la clé pour en sortir. En prendre conscience c’est commencer à reprendre le pouvoir sur notre vie.

Et si parfois nous arriverons à l’ouvrir complètement, seuls, parfois, nous aurons besoin d’une aide extérieure et il n’y a nulle honte à avoir à la demander.

Le Pardon

Pardonner, n’est pas forcément la chose la plus aisée à faire et pourtant c’est une des choses les plus importantes à faire pour pouvoir avancer.

Il faut avant tout se rappeler, que pardonner ne retire en aucun cas la responsabilité du mal qui nous a été fait, qu’il soit physique, psychologique ou les 2, à la personne qui nous l’a fait. Elle est responsable et le restera.

Pardonner nous permet de sortir de cette boucle sans fin de sentiments tels que la colère, la culpabilité, la haine, la honte… qu’il est tout à fait normal d’éprouver au début mais qui nous emprisonnent et finissent par nous faire parfois plus de mal que l’acte initial.

Il faut savoir que nous avons tous en nous des blessures émotionnelles engrammées depuis l’enfance qui influent sur nos choix, nos non choix, nos décisions, nos actes que nous soyons dans l’histoire le « bourreau » et/ou la « victime ». Et suivant l’acte à pardonner, il peut être difficile voire même très difficile d’accepter cet état de fait.

Ces blessures inconscientes qui ont conduit la personne à faire ce qu’elle a fait ne lui enlèvent pas pour autant la responsabilité de ses actes.

Le fait est que nous avons toujours le choix de vouloir guérir ou non ces blessures émotionnelles, c’est d’ailleurs pour cela que toutes ces épreuves sont mises sur notre route, pour nous faire voir, comprendre qu’il y a quelque chose à guérir. J’entends bien que suivant l’épreuve, il puisse être très difficile de même ne serait ce que concevoir ce que je viens de vous dire. Seulement parfois, lorsque nous avons fui systématiquement ce qui a été mis sur notre chemin, les épreuves vont crescendo pour que nous fassions enfin le choix de prendre soin de nous.

Le pardon fait partie du processus de guérison.

Pardonner à l’autre, c’est enlever une grosse partie du poids de la charge émotionnelle liée à l’acte l’ayant déclenchée. Ce faisant, nous sortons de l’emprise de ces sentiments (colère, haine, culpabilité…) et cela nous permet d’appréhender la situation de manière moins destructrice et plus constructive. C’est un pas fait sur le chemin de la compréhension de la leçon cachée derrière l’épreuve.

Il faut aussi, et c’est souvent la partie la plus difficile, ne serait-ce que déjà parce que nous avons tendance à ne pas y penser, se pardonner à soi-même. Ce pardon doit intervenir que nous soyons victime ou bourreau/victime.

Je m’explique, victime c’est dans le cas où c’est une tierce personne qui nous a fait le mal. Dans ce cas, il faut se pardonner nos sentiments de faiblesse, de honte, de culpabilité… de n’avoir pas su, pu éviter ce que s’est passé. Ils nous emprisonnent tout autant que ceux envers l’autre et nous empêchent également d’avancer.

Dans le cas bourreau/victime, c’est nous même qui nous sommes fait du mal, au travers d’une erreur, d’une bêtise, d’un égarement, d’une décision… Les mêmes sentiments que ci-dessus se sont enclenchés, nous enfermant dans la même prison.

Se pardonner c’est être bienveillant envers soi-même, c’est reconnaître et accepter que nous ne sommes pas parfaits, que les épreuves font partie du chemin. Cela nous permet de changer d’angle de vue par rapport à ce qui s’est passé et se donner l’opportunité de comprendre la leçon derrière.

Pour rappel, les leçons c’est ce que nous sommes venus expérimenter dans cette vie, cela peut-être par exemple apprendre à s’aimer, à se donner de la joie, à connecter notre puissance… Bien évidemment, elles ne nous sont pas servies sur un plateau mais sous forme d’épreuves qui si on va au-delà de l’épreuve elle-même nous amène à la vraie leçon.

Par exemple, une personne enchaîne les relations amoureuses qui se finissent toujours par une rupture. La leçon derrière peut être qu’il faut d’abord qu’elle apprenne à s’aimer elle-même et qu’une fois qu’elle aura expérimenté cet amour d’elle-même, elle pourra trouver le/la partenaire qui lui correspond vraiment. Attention, je ne dis pas que c’est forcément la leçon derrière cette situation de départ.

Je conclurai en disant que le pardon est une clé essentielle dans notre progression et je vous invite à vous pencher un moment sur votre histoire et à vous servir de cette clé trop souvent négligée.

Pourquoi avons-nous peur de guérir vraiment ?

Je ne vais pas vous parler ici de guérir l’expression physique ou psychologique de nos maux pour laquelle nous consultons en général sans problème le corps médical qui va nous soigner à coup de traitements médicamenteux.

Je souhaite vous parler de guérir ce qui a déclenché ces maux, pas la cause extérieure (je suis tombé, trop de stress au boulot, j’ai eu un accident, …) mais la cause intérieure, celle sur laquelle il faut travailler pour guérir réellement, pour que le mal ne revienne pas sous cette forme ou sous une autre.

Or pour guérir cette cause intérieure, il faut d’abord accepter qu’elle existe, et ça c’est déjà un pas énorme.

L’étape suivante consiste à aller voir un praticien pour découvrir ce que c’est, pour reprendre mon article sur la problématique, la leçon à apprendre, l’émotion, la notion à intégrer.

Puis vient le travail à proprement parlé. Il s’agit bien là d’un travail car il ne faut pas juste faire quelques séances avec un praticien pour que tout soit résolu.

Cela demande un vrai investissement de la part du patient qui doit accepter de voir certaines choses le concernant et surtout mettre en place des actions pour que cela change.

Et c’est bien souvent là que le bât blesse. Accepter de voir ses parts d’ombre, ses blessures intérieures, souvent ancrées depuis l’enfance et qui ont façonné nos comportements actuels n’est pas toujours facile ni confortable et peut même être déstabilisant.

Notre égo a construit des armures, des barrières, des murs, des modes de fonctionnement pour nous en protéger et il n’est pas très enclin à vouloir tout faire tomber, changer pour aller vers l’inconnu. Il aime sa zone de confort même si elle est dysfonctionnante et guérir signifie en sortir, modifier sa perspective, fonctionner différemment.

Il ne faut pas se leurrer, cela ne se fait pas en un claquement de doigts, cela prend du temps, plus ou moins selon les personnes, en fonction de ce qu’elles sont prêtes à accepter et mettre en œuvre pour guérir et les obstacles, résistances que chaque structure de caractère peut déployer pour freiner le processus.

Cela fait souvent des années, voire des décennies que le problème est là et demande à être traité mais que nous regardons ailleurs. Il faut donc être patient et bienveillant avec soi-même pendant tout le travail d’apprentissage de la leçon, nous avons besoin de tout ce temps pour qu’il soit réussi et durable.

Je dirais pour conclure que même si l’apprentissage est plus ou moins difficile, cela en vaut tellement la peine que ce serait dommage de s’en priver.

Explications sur « la problématique »

Vous êtes en droit de vous demander ce qu’est la problématique et pourquoi en définir une en Ostéofluidique.

Friedrich Nietzsche a écrit : Une leçon te sera présentée sous diverses formes, jusqu’à ce que tu l’apprennes. Quand tu l’auras apprise, tu pourras passer à la leçon suivante.

La problématique ?  C’est la leçon à apprendre.

Dit de manière différente, la demande ou le problème pour lequel vous consultez aujourd’hui est l’expression actuelle de quelque chose de bien plus profond qui s’est déjà exprimé soit de la même manière, soit autrement dans cette vie.

Vous n’y voyez consciemment aucun rapport et pourtant il y en a un, la cause profonde, l’émotion mal ou non gérée à un moment donné qui s’est engrammée, cristallisée, créant ainsi un dysfonctionnement dans la circulation de votre énergie et pour laquelle votre corps vous demande à nouveau d’y faire face.

Le travail de votre praticien va être de trouver la phrase qui exprime la leçon à apprendre à partir de vos échanges, en prenant en compte ce que vous avez dit et comment vous l’avez dit.

Cette phrase sera le fil conducteur de toutes les séances nécessaires à l’apprentissage de cette leçon. Elle permet de mettre de la conscience sur ce qui vous arrive en dévoilant la leçon qui est cachée derrière.

Votre praticien vous accompagnera ensuite dans l’apprentissage de cette leçon et je dis bien accompagner et pas guérir ou soigner car pour que cet apprentissage soit réussi, le patient doit aussi faire sa part qui est de 51 % du travail. En effet, il ne suffit pas juste de prendre conscience de certaines choses, mais également de se mettre en action pour qu’elles évoluent.

Je dirais enfin qu’ une des choses les plus importantes à savoir est que ces leçons nous concernent toujours nous et nous seuls, même si au final, elles changeront nos relations aux autres et à la vie.

Par exemple si la leçon concerne l’amour, ce sera apprendre à s’aimer soi-même, ce qui vous permettra ensuite grâce au changement de regard que vous portez sur vous, d’obtenir une réaction différente des personnes avec qui vous interagissez.

Il arrivera aussi parfois que vous ayez appris cette leçon à un moment donné à un certain niveau de conscience et que depuis, vous ayez évolué et que la vie vous demande maintenant de la remettre sur le tapis pour la connecter à un niveau plus élevé.

C’est comme lorsque vous apprenez une langue étrangère par exemple, au début, vous pensez dans votre langue maternelle puis traduisez et lorsque vous la maîtrisez bien, vous pensez directement dans cette langue.

Pour revenir à mon exemple de l’amour, si vous ne l’avez jamais connecté pour vous-même, la première leçon va être d’arriver à le connecter et prendre conscience de ce que c’est et de ce que cela vous fait. Une fois celle -ci bien maîtrisée, il y aura une ou plusieurs étapes qui mèneront à la dernière leçon qui est l’amour inconditionnel envers vous-même.

Prêts à embarquer dans ce magnifique voyage vers vous ? Je vous attends

La géobiologie, ce soin des lieux et de l’habitat tellement sous-estimé

Equilibrage des ondes wifi

Si je vous dis qu’un habitat équilibré énergétiquement peut résoudre un certain nombre de maux de ses habitants, qu’un lieu de travail équilibré peut également solutionner des problèmes dans une entreprise. Vous aurez sans doute du mal à y croire et pourtant, c’est la réalité.

Autant les personnes pensent à faire des soins sur elles, autant le faire sur leur habitat ou leur lieu de travail n’est encore pas vraiment rentré dans les mœurs.

Il faut d’abord prendre conscience que tout a une énergie et rayonne de manière plus ou moins élevée et que tout ce qui nous appartient a un impact énergétique sur nous pouvant aller jusqu’à créer des maux plus ou moins gênants dans notre vie de tous les jours.

J’ai bien dit qui nous appartient et pas juste qui est chez nous car effectivement, peu importe où se trouve l’objet (chez nous ou à l’autre bout de la planète), du moment qu’il est à nous, son énergie interagit avec la nôtre que nous le voulions ou non. Ce rayonnement dépend d’une multitude de paramètres tels que sa matière, sa couleur, son auteur, compositeur, éditeur, ce pour quoi il a été créé, d’où il vient etc…

Le plus gros du travail de la géobiologie est le traitement des objets. C’est aussi le plus difficile souvent, à cause de la charge émotionnelle et/ou financière attachée à ces objets et pourtant, juste s’occuper de ces objets qui nous encombrent énergétiquement peut tout changer (meilleur sommeil, amélioration des relations familiales ou entre collègues, moins de stress, plus de concentration…)

Il y a ensuite les matériaux de construction, la pollution extérieure (antennes relais, éoliennes, poteaux électriques, panneaux photovoltaïques, usines, cimetières…), les mémoires des anciens propriétaires qui peuvent avoir un impact également. Ils peuvent être traité soit directement soit par un réseau.

Enfin, la terre est quadrillée de réseaux curry, failles et réseaux d’eau qui véhiculent tous des informations suivant ce qu’ils croisent sur leur chemin avant de passer chez nous. Il faut donc le ou les réinformer avec des systèmes énergétiques pour que l’énergie véhiculée soit en harmonie avec les occupants du lieu.

Vous savez maintenant pourquoi il est aussi important d’équilibrer son habitat ou son lieu de travail que de faire des soins sur soi.

Equilibrage de l’électricité de tout le lieu